Centre Culturel d’Iran à Paris|فارسي|French
COMMEMORATION

LIENS

Hakim Ferdowsi Tousi
 

Hakim Ferdowsi Tousi

 

 

Hakim  Abol-Ghasem Mansour ibn Hasan Ferdowsi Tousi

 

Hakim  (Maître) Ferdowsi Tousi (Firdawsi, ou Ferdawsi, ou Firdusi), est considéré comme « le Père » et « le Recréateur » de la langue persane et l’auteur de la plus grande épopée persane intitulée Shahnamé (Livre des rois). Il est l'un des géants incontestés de la littérature persane, qui a essayé toute la vie, pour préserver l'identité, la langue et l'héritage national de sa patrie, et il a une place très spécifique parmi les héros nationaux et les grands poetes.

Ferdowsi est né dans une famille de Dihkans - « fermiers » propriétaires des terriens-, à Baj - le village de Tabaran de la ville Tous, dans la province de Khorasan à l'est de l'Iran, vers 940.

Dés  sa jeunesse, il a commencé de composer une poésie à partir de certaines histoires épiques. 

Avant lui, Daghighi (10ème siècle), le poète célèbre de la cour Samanide, avait commencé de versifier la chronique de la Perse préislamique et légendaire. Daghigi, avait composé 1000 distiques sur le règne de Goshtasp, l’apparition de Zoroastre et la guerre religieuse entre Goshtasp et Arjasp. Mais, assassiné par un domestique ivre, il n’arriva pas à achever son travail.

Après l’assassinat de Daghighi, vers 980, Ferdowsi décida de reprendre ce travail incomplet. Il consacra sa vie à la réalisation de Shahnamé, l’épopée nationale de l’Iran. Il travailla pendant trente ans pour finir ce chef d'œuvre. Il raconta l'histoire des 50 rois inécoutés de l’ancien Iran des temps mythiques depuis Keyoumars, le premier roi, jusqu’à Yazdgard III, le dernier souverain de la dynastie Sassanide et l’invasion arabe. Il glorifia la nation iranienne et il célèbra la sagesse des rois. Il dénomme des iraniens des « Azadegan » (des nobles ; des généreux),…

بسی رنج بردم بدین سال سی

عجم زنده کردم بدین پارسی

 

 J'ai beaucoup souffert pendant trente ans,

L’Iran survécut grâce au  persan.

 

Il finit son Shahnamé en 994.  Ensuite, après l’avoir complété par d’autres références comme Akhbar-e Rostam - légendes de Rostam, le héros par excellence de force prodigieuse-, Akhbar d’Iskandar - légendes d’Alexandre-, et d’autres légendes, il dédie ce chef d'oeuvre à Sultan Mahmoud Gheznavide en 1010. Selon des historiens, Sultan Mahmud avait promit à Ferdowsi de le récompenser par un « dinar » pour chaque distique du Shahnamé, mais quand  Ferdowsi, présenta son livre, Sultan lui donna le « dirham », qui valait à ce temps, beaucoup moins que le « dinar ». Ferdowsi, contrarié et  amèrement déçu, sort de la cour de Sultan Mahmud, va au bain, puis, il but du foqa' (un genre de bière non alcoolique) et divisa la totalité de l'argent entre le préposé de bain et le vendeur du foqa', et ensuite  il retourne à la maison avec un cœur brisé.

En faite, il a débattit avec Sultan Mahmoud sur l'argent et la religion. Ainsi, craignant la colère de Sultan, il se sauva d'abord à Herat, où il s’est caché pendant six mois, et puis, il est retourné à sa ville indigène, Tous à Mazanderan.

Ferdowsi a composé une satire de 100 distiques sur le Sultan Mahmoud et l’a inséré dans la préface du Shahnamé.

Plus tard Sultan Mahmoud comprit son erreur et se repent de sa réaction et envoie la récompense prévue à Ferdowsi. Mais quand la récompense arrive à la ville, l’âme du poète avait déjà sortit de son corps.

Dix ans après l'achèvement du Shahnamé, en 1020, le grand poète mourut de misère dans sa maison et fut enterré dans son jardin. Aujourd’hui, le tombeau de Hakim Abol-Ghasem Ferdowsi Tousi, ce héro national est situé au milieu d'un jardin à l'ouest de Tous à côté de la porte de Razan.

                

نمیرم از این پس که من زنده ام

که تخم سخن را پراکنده ام

Je ne mourais jamais, je serai vivant

J’ai semé partout le langage persan

 

Un point important est ce que Ferdowsi a employé un persan presque pur basé d’origine Pahlavi. Il a hésité à utiliser des mots arabes dans son chef d'œuvre, sauf dans des cas indispensables. D'autant plus que ce livre a été réalisé pendant la période lequel la langue arabe a été connue comme langue principale de la science et de la littérature.

      

Comptant parmi les grandes épopées littéraires universelles, Shahnamé a été régulièrement comparé à l'Iliade et l'Odyssée de Homère et les travaux de Shakespeare.

Le Shahnamé de Ferdowsi, est une poésie de presque 60.000 couplets,  basé principalement sur un travail de prose.

 

La simplicité du style , la justesse du vocabulaire, le mélange de narration et d’exhortation morale, ainsi que son sens guerrier et héroïque ont fait de cette oeuvre un modèle souvent imité dans la littérature persane. Il y a un certain nombre d'autres travaux semblables qui sont parus au cours des siècles en persan, basés sur le style et la méthode de  Shahnamé de Ferdowsi, mais aucun d'eux ne pourrait obtenir le même degré de popularité que le chef d'oeuvre de Ferdowsi.

من این نامه شهریاران پیش

بگفتم بدین نغز گفتار خویش

همان نامداران و گردنکشان

که دادم یکایک از ایشان نشان

همه مرده از روزگار دراز

شد از گفت من نامشان زنده باز

بناهای آباد گردد خراب

ز باران و از تابش آفتاب

پی افکندم از نظم کاخی بلند

که از باد و باران نیابد گزند

 

C’est le livre des rois des anciens temps,

Présenté à  l’aide mes poèmes éloquents   

Des héros braves, Des rois renommés,

Tous un par un, je les ai nommé

Tous ont disparu au passage du temps

Je les fais revivre grâce au persan

Tous les monuments se délabrent souvent

A cause de la pluie et à cause du vent

J’érige un palais au poème persan

Qui ne souffrira pas de la pluie et du vent

 

 

 
 
 
MENU