Centre Culturel d’Iran à Paris|فارسي|French
COURS

Cours de Persan

 

COMMEMORATION
LIENS

Onsori
 

Onsori

 

 

Ab-ol Ghasem Hassan ibn Ahmad Onsori Balkhi

 

Onsori, le grand poète de début de 11ème siècle, est né à Balkh en 1039. Lui et son père étaient marchands. Après la mort de ses parents, il  quitta Balkh, mais des bandits de grand chemin ont volé toute sa fortune.  Après cet événement il décida de faire des études scientifique et littéraires. Il a été le poète le plus courtisan de la cour de Sultan Mahmoud Ghaznavi.

 Comme Nezami Aroozi le met dans son Chahar Maghale (Quatre articles), une nuit Sultan Mahmoud, dans un état d’ivresse donna l’ordre de faire couper des cheveux longs et blonds de son bien aimé, dite Ayaz, et le lendemain il se repentit de son ordre. Alors, il se mordit les lèvres dans l’excès de son  chagrin. Et Onsori compose ce quatrain (robai) célèbre :

 

کی عیب سر زلف بت از کاستن است

کی جای به غم نشستن و خاستن است

جای طرب و نشاط و می خاستن است

کاراستن سرو ز پیراستن است

Ce n’est pas un vice les cheveux coupés de bien aimé

Pour quoi du chagrin ? Pour quoi se repentir ?

Il faut faire la fête, il faut en jouir

Pour orner de cyprès il faut l’émonder

 

En faite, la plupart de ses poèmes sont au sujet de Sultan Mahmoud et de ses guerres. Dans la cour du Sultan il a gagné beaucoup de richesse et selon des textes littéraires et historiques tous ses moyens de vie ont fait de l'or et de l'argent.

Sauf son Divan (Recueille de poèmes), il a composé quelques légendes lyriques comme «Vamegh et Azra», « Shadbahr et Eynolhayat »,  et « Sorkh bot et Kheng bot ».

 

درعشق تو کس پای ندارد جز من

بر شوره کسی تخم نکارد جز من

با دشمن و با دوست بدت می گویم

تا هچ کست دوست ندارد جز من

Personne ne peut insister dans ton amour que moi

Personne ne sème le grain dans le salent que moi

Je  médirai sur toi  aux ennemis et aux amis

 Pour que personne ne t’aime excepté moi

Personne ne peut insister dans ton amour que moi

Personne ne peut invoquer ton amour que moi

Personne  ne sème le grain dans le salant  que moi

 

 

 
 
 
MENU