Centre Culturel d’Iran à Paris|فارسي|French
COMMEMORATION

LIENS

Omar Khayyâm Neyshabouri
 

Omar Khayyâm Neyshabouri

 

 

Hakim (maître) Abo-l Fath Omar ibn Ibrahim Khayyâm Neyshabouri

Hakim (maître) Omar Khayyâm Neyshabouri est le grand savant,  mathématicien, astronome, médecin, littéraire et  poète iranien de la fin de 5ème siècle et début de 11ème et 12ème siècles.

Il est né à Neyshabour de Khorasan, au nord-est de l'Iran, mais il y a peu de données biographiques certaines sur sa vie et sur sa jeunesse.

Ce savant renommé et doué était un des partisans et défenseurs de la sagesse d’ Avicenne, le grand philosophe et médecin iranien de 10 ème siècles.

Il travaillait en tant qu'astronome et de médecin à la cour de  Sultan Djalal al din Malek Shah Saldjuqi, qui lui avait demandé une réforme du calendrier persan en 1074. Le calendrier inauguré et mis à jour par Khayyâm dite «le calendrier Djalali », d’après le nom du Sultan Djalal al din Malek Shah, est plus précis que le calendrier julien, et aussi précis que le système  d'intercalation grégorien.

 

Khayyâm a écrit quelques œuvres mathématiques, dont le plus célèbres est un traité en arabe sur la démonstrations de problèmes d'algèbre, ou il a classé systématiquement les équations cubiques.

 

On lui attribue aussi un livre écrit d’une façon très simple et éloquente, sous le titre Nowrouzname à propos de l’apparition de la fête de nowrooz (fête du  premier jour de l’année iranienne, le premier jour du mois de Farvardine,  le 21 Mars, le jour où le soleil entre dans le signe de bélier).

 

Khayyâm est également connu pour ses Rrobaiyat (quatrains) philosophiques. Bien que le nombre exacte de ses robais (quatrain) reste difficile a estimer, mais ils ont étés traduits aux différentes langues. Parmi les versions traduites de Rrobaiyat de Khayyâm, la traduction anglaise par Edouard Fitzgerald, le poète anglais en 1859 apr. JC, et la traduction française par Pierre Salet (1927) méritent a être mentionnés.

 

این کوزه چو من عاشق زاری بوده است

این کوزه چو من عاشق زاری بوده است

وین دسته که برگردن او می بینی

دستی است که بر گردن یاری بوده است

Ce vase était un pauvre amant d’une bien aimée

Il fut piégé des cheveux noirs d’une bien aimée

L’anse que tu vois, au cou de ce vase

Fut  le  bras autour du cou d’une bien aimée!

این قافله عمر عجب می گذرد

دریاب دمی که با طرب می گذرد

ساقی غم فردای حریفان چه خوری

پیش آر پیاله را که شب می گذرد 

Ca passe très vite cette caravane de notre vie.
Ne perds rien des doux moments de notre vie.
Ne panse pas au lendemain de cette nuit,
Prend du vin, il faut saisir les doux moments de notre vie.

از دی که گذشت هیچ از او یاد مکن

فر د ا که نیامدهست از او یاد مکن

بر نامده و گذشته بنیاد مکن

حالی خوش باش و عمر بر باد مکن

Hier est passé n’en pensons plus
Demain n’est pas la, n’en pensons plus
Pansons aux moments doux de notre vie

Ce qu’il n’y a pas n’en pense plus
 

 
 
 
MENU